Pour qu’une entreprise fonctionne bien, elle exige des fonds. Et pour se développer, il se peut qu’elle ait besoin de fonds supplémentaires que ceux existants dans sa trésorerie. Donc pour débloquer ces fonds, les dirigeants de l’entreprise et les différents actionnaires peuvent décider d’augmenter le capital de l’entreprise. Voici alors les détails de cette augmentation de capital.

Les intérêts de l’augmentation de capital

Quand les actionnaires d’une société décident d’augmenter le capital, il peut y avoir plusieurs raisons. Tout d’abord comme mentionné précédemment, l’augmentation de capital va renforcer les ressources propres de l’entreprise et cela va alors permettre à l’entreprise de s’améliorer, de se développer ou d’acquérir de nouvel investissement etc… Cela va aussi permettre à la société de ne pas recourir aux emprunts dans des différents organismes de crédit et d’aller vers un certain équilibre financier. Pour certain actionnaire, cela va leur permettre d’augmenter leur participation dans le capital et alors d’augmenter leur part social. Et enfin, cela peut permettre aux personnels de l’entreprise de souscrire au capital social et ainsi devenir associé ou actionnaire.

Modalité de l’augmentation de capital

L’augmentation de capital dans une entreprise peut se faire sous différente forme. Tout d’abord avec les émissions de nouvelles actions, ce mode d’augmentation de capital consiste alors à créer de nouvelle action de même valeur vénale que les anciennes. Ces actions seront disponibles en premier lieu pour les anciens actionnaires de l’entreprise et ensuite par les autres personnes extérieurs à l’entreprise.
Puis, on peut décider d’augmenter la valeur des actions actuelles afin d’augmenter le capital social. Dans cette modalité, seule les anciens actionnaires peuvent avoir le privilège d’accroître le capital. Par ailleurs, les actionnaires de la société peuvent décider d’augmenter le capital de leur entreprise par incorporation des réserves correspondant à l’exercice. Cette modalité consiste alors à imputer les réserves légales, facultatives, ou statutaires et à les incorporer dans le capital social. Cette modalité est considérée comme une restructuration du capital. Cette incorporation de réserve peut se faire également par émission de nouvelle action gratuite. Ces nouvelles actions seront alors distribuées aux actionnaires de façon proportionnelle à leur apport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *